L'Opinionista Giornale Online - Notizie del giorno in tempo reale
Aggiornato a:
 

62° FESTIVAL DE CANNES

entre applaudissements, sifflets, approbations et déceptions cette année encore s’est conclu le Festival International du Film

DE LA CROISETTE - Le 24 mai s’est conclu le 62° Festival de Cannes. Le jury présidé par Isabelle Huppert, l’une des actrices françaises les plus fascinantes, a récompensé avec la Palme d’Or le film ‘Le Ruban Blanc’ du réalisateur autrichien Michael Haneke.
FESTIVAL CONTRADICTOIRE - Nous nous souviendrons de ce 62° Festival di Cannes comme l’un des verdicts les plus controversés dans l’histoire de la manifestation. Les jurés n’ont pas tenu compte des films les plus appréciés et applaudis par le public et la critique, tels ‘Vincere’ ( de Marco Belloccio), ‘Etreintes Brisées’ ( de Pedro Almodovar) e ‘Looking for Eric’ ( de Ken Loach). Les plus malicieux s’interrogent sur le conflit d’intérêt entre le réalisateur Michael Haneke et la présidente du jury Isabelle Huppert, récompensée comme meilleure actrice lors du Festival 2001 pour ‘La Pianiste’ du même M. Haneke. Les plus critiques auront aussi à redire sur le prix à Charlotte Gainsbourg comme meilleure interprète féminine pour le film controversé ‘Antichrist’( de Lars Von Trier). Le prix du meilleur acteur a été décerné à Christoph Walz pour ‘Inglorious Basterds’ ( de Quentin Tarantino). Le Grand Prix a été attribué, en revanche, au film français très applaudi ‘Un Prophète’ ( de Jacques Audiard).
LE VAINQUEUR - ‘Le Ruban Blanc’, film en noir et blanc, est situé dans un village rural de l’Allemagne du Nord en 1913, où le monde des adultes est rythmé par la stupidité et la violence des rôles respectifs qui envahit l'éducation de leurs enfants. Dans la communauté d’étranges incidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d’un rituel punitif. De son film Michael Haneke a dit: “n’importe quel principe, quand il est poussé à l’extrême, devient inhumain. Que ce soit un idéal religieux, politique ou social, lorsqu’il devient une pensée unique il produit le terrorisme. Une certaine éducation et culture au sens absolutiste conduit à des dégénérescences tout autant absolutistes, au terrorisme, au fanatisme religieux, au Nazisme, même si mon film n’est pas un travail sur l’Allemagne ou sur le nazisme ".
ENTRE DÉCEPTION ET BELLES SURPRISES - Le premier film décevant de ce Festival est ‘Antichrist’ de Lars Von Trier qui a reçu plus de sifflets et de marques de désapprobation que d’applaudissements. Il s’agissait d’un film très attendu des spectateurs qui sont restés profondément mécontents par ce pseudo film d’horreur qualifié de mauvais goût par la critique. Outre le flop de Von Trier, l’autre film très attendu par le public de la Croisette était ‘Ne retourne pas’ de Marina de Van. La réalisatrice française a mis à l’écran le couple d’actrices Bellucci-Marceau dans un thriller psychologique qui a remporté un échec total. Ce qui a ému les planches de Cannes, en revanche, c’est le film ‘Un Prophète’ de Jacques Audiard. Il décrit la vie violente et sans cadeau à l’intérieur d’une prison. Un très beau film qui a reçu un tonnerre d’applaudissements et l’approbation de la critique. L’un des autres réalisateurs qui a reçu des éloges est Ken Loach avec son ‘Looking for Eric’. Un film léger, émouvant et humain d’un réalisateur très apprécié du public.
TOUS LES PRIX - Palme d'Or Das Weisse Band (Le ruban blanc) réalisé par Michael Haneke;
Grand Prix ‘Un prophète’ réalisé par Jacques Audiard;
Prix exceptionnel pour l'ensemble de sa carrière et sa contribution à l'histoire ‘Les herbes folles’ réalisé par Alain Resnais; Prix de la mise en scène Brillante Mendoza pour ‘Kinatay’;
Prix du scénario Lou Ye pour ‘Chun Feng Chen Zui De Ye Wan’ (Nuits D'ivresse Printanière);
Prix d'interprétation féminine Charlotte Gainsbourg dans ‘Antichrist’ réalisé par Lars Von Trier;
Prix d'interprétation masculine Christoph Waltz dans ‘Inglourious Basterds’ réalisé par Quentin Tarantino;
Prix du Jury ex-aequo ‘Fish Tank’ réalisé par Andrea Arnold Bak-Jwi (Thirst, Ceci est mon sang...) réalisé par Park Chan-Wook.
(di Stefano Girasante - del 2009-06-08) articolo visto 1367 volte
SFOGLIA ARCHIVIO NOTIZIE
sponsor



Fotogallery