L'Opinionista Giornale Online - Notizie del giorno in tempo reale
Aggiornato a:
 

LA MÉDIATION INTERCULTURELLE EN PRISON

Difficultés de communication en absence de connaissances adéquates sur l’immigré et rôle de la médiation interculturelle qui dans ces situations a plusieurs liens

La marginalisation causée par la détention est vécue par la population différemment par rapport à de différents facteurs: nationalité, religion, classe sociale.
Pour un immigré, être détenu comporte en général une condition de grave désavantage et exclusion sociale et culturelle, parce que d’une certaine manière la condition pénitentiaire subit un processus d’ethnicisation.
Le problème de notre société organisée sur les processus d’atomisation, de séparation et d’inégalités finit par ethniciser les contradictions sociales et par rendre difficile à gérer la communication sociale tant dans les espaces urbains où souvent l’immigré ou l’immigrée vivent une situation de solitude, de manque de contact avec le reste de la société et de repli sur soi-même, que dans les espaces clos et totaux, tels que ceux de la prison, où la solitude et l’isolement risquent d’atteindre de niveaux insupportables aussi à cause de la difficulté de compréhension, et ce n’est pas seulement un problème de langue.
La situation de détention des immigrés est souvent caractérisée par les conditions suivantes:
- beaucoup d’immigrés ne comprennent pas pourquoi ils ont été condamnés
- la plupart des immigrés ont la famille à l’étranger: ils ne se rencontrent pas et ils n’ont pas la possibilité de téléphoner aux familiers.
- les immigrés n’ont pas en général un réseau de référence capable de favoriser la réinsertion à la sortie
- l’unique réseau de référence dehors est souvent seulement celui de la micro - criminalité
- il y a une vraie difficulté pour les immigrés à avoir accès aux mesures alternatives et aux droits prévus par la loi
Cette condition, parfois expliquée ou au moins explicable, reste souvent implicite et prisonnière elle-même par l’impossibilité que les immigrés détenus ont de trouver les paroles pour la prononcer et la raconter. Tout cela peut porter à la création d’un climat de tension entre les détenus immigrés et les détenus italiens, et entre les détenus et le personnel pénitentiel.
La difficulté substantielle de compréhension des cultures de provenance des immigrés, langue, codes culturels, dynamique interne dans les communautés ethniques, mais aussi l’ambivalence et la multiplicité interprétative des normatives, sont souvent à la base d’une amplification de la condition de gêne et d’isolement des détenus étrangers; une telle situation peut seulement générer un ultérieur isolement et l’augmentation de la violence.
Par conséquence, il est assez probable que les opérateurs de la prison aussi (en particulier la police pénitentiaire) vivent des tensions, des frustrations et de la gêne dans l’application des normatives que les détenus étrangers ne comprennent pas. L’opportunité de construire les conditions pour un travail effectif de réseau entre les opérateurs de la prison et les opérateurs du privé social peut signifier une lente mais importante amélioration de la qualité pour tous dans l’espace de la prison.
La médiation culturelle doit avoir affaire avec les liens et le réseau de relations de tous les acteurs présents dans la prison (il suffit de penser aux rapports entre les détenus italiens et les détenus immigrés, entre ceux-ci et les agents de police pénitentiaire). A la proximité physique pour tous et pour les détenus étrangers en particulier correspond souvent une distance émotive et mentale.
L’approche méthodologique de la médiation interculturelle est basée sur l’écoute, l’accueil, la compréhension emphatique, l’acceptation de la légitimité du point de vue de l’Autrui, la négociation permanente et donc la construction continue de la communication sociale et entre subjective. La gestion des rapports, l’action de limitation, la traduction opérative des règlements, la gestion des dynamiques entre les groupes des détenus, la construction d’un système de relations entre les opérateurs capables de produire des effets positifs dans la communication constituent le cadre dans lequel on doit placer le rôle et la fonction de la présence des médiateurs culturels et des opérateurs volontaires experts dans le milieu migratoire.
Evidemment la collaboration avec les autres opératoires pénitenciers est d’une importance fondamentale dans l’optique du travail d’équipe pour exploiter au maximum le potentiel donné par la rencontre de plusieurs savoirs professionnels, en évitant ainsi d’inutiles superpositions et gaspillages d’énergie.
(di Barbara Angelucci - Traduzione di Dinca Ionela Adriana - del 2010-03-27) articolo visto 1719 volte
sponsor