L'Opinionista Giornale Online - Notizie del giorno in tempo reale
Aggiornato a:
 

LES PEUPLES IMMIGRES COMME "RESSOURCE"

Qu’est-ce qu’on veut vraiment dire quand on ajoute à la parole et au concept d’immigration la parole et le concept de “ressource”, de quel type de ressource est-ce qu’on parle, ou peut-être on devrait dire “salut”?

Lundi dernier pour la première fois après beaucoup de temps, ou peut-être pour la première fois les immigrés sont descendus dans la rue et ont dénoncé leurs conditions précaires, de travail, de salaire, de traitement; ils se sont fermés pour nous faire comprendre que sans eux peut-être une grande partie de notre économie s’arrête, et ils l’ont réussi!
En effet beaucoup de fabriques avance seulement grâce à cette indispensable force de travail, qui s’abaisse, ou s’élève, à faire les travaux plus humbles ou plus lourds, travaux que tant d’italiens n’ont jamais connu et peut-être ils ne connaîtront jamais; pour ne pas parler de nos vieux! Comment feront-ils sans les chères “aides à domicile” qui, pour le meilleur et pour le pire, les soignent?
Mais je me demande et je vous demande: est-il juste de continuer à considérer les immigrés comme une ressource seulement en tant que planche de salut pour notre économie ? On ne risque pas de rogner les ailes a priori à tant d’immigrés et de penser qu’un étranger peut faire seulement l’aide à domicile ou finir dans une fabrique?
Considérer un homme ou une femme comme ressource signifie pouvoir l’apprécier à 360 degrés, dans son ensemble, dans sono essence, comprendre qu’un nouveau point de vue, une culture nouvelle peuvent en puiser, partager expériences de vie vécue (et croyez-moi, les immigrés ont tant de vie vécue à raconter!), partager mes valeurs et peut-être en acquérir de nouvelles! Cela signifie ne pas regarder avec des yeux différents mon dirigeant qu’il s’agisse d’un italien ou d’un étranger!
La phrase que je sens tant de fois dire: “heureusement qu’il y ait les immigrés” je partage pleinement mais pour les raisons que j’ai à peine énumérées et non seulement parce qu’ils soutiennent, grâce à Dieu, notre économie!
(di Barbara Angelucci - Traduzione di Dinca Ionela Adriana - del 2010-03-27) articolo visto 1400 volte
sponsor